Dates importantes

Juillet 2018
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

La municipalité de Portneuf-sur-Mer (latitude : 48 degrés et 37 minutes nord, longitude : 69 degrés et 6 minutes ouest) est située à approximativement 300 kilomètres à l’est de la ville de Québec et à 17 kilomètres à l’ouest de Forestville. Au plan administratif, le village fait partie de la circonscription électorale de René-Lévesque, une constituante de la région administrative gouvernementale de la Côte-Nord.

Selon l’ouvrage Paysages régionaux du Québec méridional, Portneuf-sur-Mer se situe, au niveau de l’unité de paysage régional de Forestville, c’est-à-dire que la localité se retrouve au niveau de la mince bande littorale située entre le fleuve Saint-Laurent et les premiers contreforts du Bouclier canadien. L’altitude moyenne y est de 78 mètres, alors que la pente moyenne se situe à 5% environ. Encore d’après cet ouvrage, ce territoire est forestier à 96%, urbain à 3% et agricole à 1%.

Le banc de sable

Le banc de sable constitue le principal élément bio-géographique caractérisant la municipalité de Portneuf-sur-Mer. D’après NATURAM, la barre de sable a été formée par l’action des courants et des vagues des milieux marin et fluvial qui façonnent constamment son faciès. Il s’étend aujourd’hui sur une distance de plus de 4,5 kilomètres et est large d’environ 250 mètres. Selon les études consultées, il s’agit d’une formation unique à l’échelle du Saint-Laurent. Il constitue une aire de repos et d’alimentation importante pour des milliers d’oiseaux.  

D’après le plan de protection et de mise en valeur du banc de Portneuf, il est constitué de la barre de sable comme telle, incluant les 3 îlots boisés; du marais salé situé entre la barre de sable et le littoral; du marais salé situé sur la rive gauche de la rivière; de la pointe des Fortin; du milieu estuarien, jusqu’à la route 138 (limite amont); du milieu maritime entourant la barre de sable et la Pointe-des-Fortin et de la zone littorale urbanisée à l’ouest de la rivière Portneuf. Selon les études scientifiques, ces composantes biophysiques sont intimement liées entre elles et font partie d’un seul et même écosystème.  

De plus, l’environnement maritime du banc est également un lieu de rassemblement important pour plusieurs espèces de mammifères marins. La partie ouest du banc de Portneuf abrite également un banc coquillier de 9,6 km carrés, occupé principalement par la mye commune.

La rivière Portneuf

La rivière Portneuf, l’un des principaux cours d’eau de la MRC, coule sur plus de 180 kilomètres et draine un bassin versant imposant (2 642 kilomètres carrés). Son débit moyen annuel à l’embouchure est de 2 mètres cubes par seconde.  

Climatologie

L’Édition 2002 du Québec statistique nous apprend l’existence d’une station météorologique au niveau de la MRC de la Haute-Côte-Nord, elle est localisée à Tadoussac. La température annuelle moyenne de la région est de 2,5 degrés Celsius. La longueur de la saison de croissance végétale varie quant à elle de 150 à 160 jours. Pour la période s’étalant de 1961 à 1990, les précipitations annuelles moyennes  se répartissaient de la manière suivante : pluie (91 jours de précipitation pour un total de 691,5 mm), neige (46 jours de précipitation totalisant 310,1 mm), pour un grand total de 998,5 mm. La température moyenne du mois de janvier est de - 12,5 degrés Celsius alors que celle du mois de juillet atteint les 16,9 degrés Celsius.  Les extrêmes minimum et maximum sont de -37,2 degrés Celsius et 35,6 degrés Celsius. 

La flore 

La région est comprise dans le domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau blanc. D’après Le Québec statistique Édition 2002, la sapinière à bouleau blanc s’étend d’ouest en est entre les 48e et 50e parallèles. La sapinière étant une forêt mixte qui suit la côte sur quelques dizaines de kilomètres de largeur, entre la rivière Saguenay et La Tabatière incluant l’île d’Anticosti. La forêt est surtout composée de sapin baumier, de bouleau à papier, d’épinette blanche et parfois de pin blanc. On retrouve aussi au niveau de la MRC de La Haute Côte-Nord, des pins gris et des peupliers faux-trembles.  

D’après une étude de NATURAM, une firme spécialisée oeuvrant dans le domaine des sciences naturelles, quatorze espèces de poissons fréquentent la partie avale de l’estuaire de la rivière Portneuf ainsi que le milieu limitrophe du banc de Portneuf. 

Nous retrouvons au pied du barrage hydroélectrique de PN-1, une section d’eau douce de faible dimension qui abrite un site de fraie de l’Éperlan arc-en-ciel.  Le Capelan fraie sur le banc de Portneuf vers la fin de mai.  

Selon une étude scientifique dans les Zones importantes pour la conservation des oiseaux au Canada (ZICO) du banc de Portneuf, on y a dénombré quelque 14 770 oiseaux appartenant à 16 espèces différentes lors d’un inventaire réalisé à l’automne 1990.

Source : Diagnostic territorial prospectif, Rapport préliminaire, UQAR, Avril 2007